L’expérience du 23 juillet

Il est une situation singulière à Yerevan : il n’y a pas de plan des bus de ville. Pourtant, il y a des bus partout, avec de gros numéros. Mais impossible de savoir où ils vont (c’est noté dessus, mais en arménien).

Pour aller au zoo, nous avons donc pris un taxi. Mais pour revenir en ville, on a choisi de sauter dans un bus au petit bonheur la chance.

On aurait pu en prendre un comme ça : 

ou un minibus comme ça : 

Ou même un qui roule avec le capot ouvert : 

Mais non, le premier à passer a été celui là :

Bruno, c’est pas seulement qu’on vieillit, c’est le sort qui s’acharne contre nous !

Publicités

2 réflexions sur “L’expérience du 23 juillet

Laissez nous un commentaire...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s